HAM INTERNATIONAL Century 21D


H
AM INTERNATIONAL

Century 21D

 


Retour Accueil
RX / TX Viking Puma Multimode Concorde Jumbo Select HandMaster
Circuits Cybernet Schémas PTBM094COX PTBM059COX PTBM121D4X PTBM133A4X   Manuels
Dépannage  Circuit BF Driver - PA Alignement PLL Alignement VCO Composants    Réparateurs
Modifications Beep On/Off Canaux bis   SSTV - 14DVK      
Accessoires / RX Micros Appels sélectifs Antennes Alimentations FFréquencemètres Mesure Century 21D
  Forum Webmaster Liens utiles

 

Century 21D

 

Commercialisé par Ham International, le Century 21 D fabriqué par le constructeur japonais SEIKI Electronics, fut commercialisé sous plusieurs appellations. C'est d'ailleurs dès 1977 que DRAKE l'intègre dans sa gamme sous la référence SSR-1, il ne sera commercialisé chez DRAKE que sous cette unique version avec afficheur analogique. LOWE présentera également ce récepteur à son catalogue mais dans ses deux versions successives, SRX 30 (affichage analogique) puis SRX 30D (affichage digital).

En Europe on le rencontrera également sous la marque STANDARD, modèle C 6500. Le Century  fut pour sa part commercialisé dans les deux versions évoquée ci-dessus, Century 21 et Century 21D. Je ne sais pas si Ham International commercialisa le Century 21 dans sa version initiale.

 

Loin  de nous, les extra-terrestres. Lorsqu'un achat de récepteur à couverture générale 0,5/30 MHz est envisagé, deux types de matériels seulement viennent a 1'esprit : soit un récepteur de trafic sophistiqué à 1'extrême, soit le gros poste portable. Le prix du premier peut dans certains cas, dissuader l’acheteur au profit du deuxième. Entre ces deux antipodes, il manquait quelque chose pour échapper à l’alternative. C’est la que se plaçait le Century 2ID.

 

Le look

Le Century 21D est un récepteur de maniement simple. C'est un boîtier en tôle de 33,5 x 230 x 145 mm, format légèrement inférieur a celui d'un poste CB de base. Le panneau avant, en aluminium anodise de 2,5 mm, comporte huit commandes et deux visualisations (S-mètre et affichage de la fréquence reçue), reparties en deux groupes. Le bandeau inférieur. de gauche a droite : jack de 6,35 mm pour casque, potentiomètres de RF gain et de volume, sélecteurs des 4 bandes, des trois modes de modulation, et. pour finir, le clarifieur. Dans un cartouche constitué d'un flasque décoratif noir, nous trouvons le haut-parleur incorporé, trois boutons : la présélection des MHz (MHz Tune), 1'accord de 1'antenne (Pré-Selector), 1'étalement de la bande (KHz), un S-mètre de 40 x 24 mm à éclairage interne, et le fréquencemètre a 5 chiffres de 13.5 mm (sept segments a leds vertes), très lisibles.
Le panneau arrière est équipé d'un support de fusible, d'une embase S0239 pour raccorder une antenne asymétrique (câble coaxial), de deux bornes pour une antenne filaire, style long fil ou autre, deux embases CINCH : sortie pour enregistrement, et entrée pour le silencieux (Mute). Ce dernier point appelle un commentaire : le Century 21D étant un récepteur, non un transceiver. il ne possède pas de Squelch, la commande Mute ne doit pas être confondue avec cette fonction, comme on serait tenté de le croire. Il s'agit tout simplement d'une commutation bloquant le récepteur dès qu'un contact  court-circuite la fiche. On utilise cette fonction lorsque le Century 21D est employé en conjonction avec un émetteur. Le récepteur est alimenté par le secteur, mais 1'amateur astucieux peut 1'adapter en 12V pour tout usage ou le secteur fait défaut, a condition de respecter les tensions (6V pour le fréquencemètre. le reste s'accommodant bien de 12 à 13,8 V).

La technique

Le carter supérieur retiré, nous constatons que le récepteur s'articule en trois circuits imprimés : le plus important contient le générateur d'harmoniques a quartz de 1 MHz, les filtres de bande et le condensateur variable à la commande MHz; le plus petit, le fréquencemètre à afficheurs multiplexes, constitué de deux imposants mille-pattes a 40 pins (MSM5525RS): le troisième, logé sous cette platine, est le récepteur lui-même a proprement parler : étage d'entrée, amplis de fréquences intermédiaires, détection, et ampli final basses fréquences. L'accord continu par la commande KHz se fait par un condensateur variable a trois cages (2 oscillateurs d'accord de 1'ampli HF). Le transformateur d'alimentation et le condensateur de filtrage sont fixés directement sur le châssis. Les curieux se demanderont comment ce récep­teur peut couvrir toute la plage de fré­quences comprises entre 500 KHz et 30 MHz sans une ribambelle de quartz ou un synthétiseur PLL de course. La superbe astuce du Century 21D, consiste en un générateur d'harmoniques à quartz, délivrant tous les multiples de 1MHz, sélectionnés par la commande MHz, qui, après mélange avec la fréquence issue du VFO (bouton KHz), donneront la fréquence de 1'oscillateur local du récepteur du type superhétérodyne. Simple, économique, mais un léger inconvénient toutefois, la nécessite de fignoler le réglage du bouton MHz, ce qui est peu de chose. Belle réalisation d'un système peu usité (la boucle Wadley). Le circuit de synthèse de fréquences est câblé sur de 1'epoxy double face. On retrouve des circuits intégrés Plessey SL1641C qui se sont déjà illustrés par ailleurs, les connaisseurs apprécieront.

Un BFO complète les modes de modulation : CW, USB, LSB. La FM peut se recevoir sans difficulté, il suffit de décaler légèrement 1'accord, ce qui comble une petite lacune pour ceux qui veulent tous les modes. L'amplificateur basse fréquence est un AN315.

Tiens, coïncidence, en plus des SL1641C, nous découvrons 1'ampli BF des SOMMERKAMP TS 340DX et SBE LCMS4 ! Excellent choix des intégrés, qui n'augure que de bonnes choses. Contre toute attente, le haut-parleur n'est pas un modèle miniature, comme on pourrait le croire en voyant la grille, il s'agit d'un bon HP rond de 10 cm, avec un aimant en ferrite, peu courant sur des récepteurs pour ondes courtes.

On s'en aperçoit a 1'écoute de la radiodiffusion sur FIP, par exemple, la sonorité est excellente. La sensibilité du récepteur est bonne, ainsi que la sélectivité, compte tenu des filtres céramiques utilisés. Le Century 21D est un récepteur simple, il ne saurait rivaliser en sélectivité avec des bêtes équipées des filtres a quartz a bande étroite, fournis d'ailleurs en option.
 

Conclusions :
 

II y a les inconditionnels des récepteurs de classe professionnelle, des nantis, qui n'exploitent qu'une partie des possibilités de leur matériel. D'un autre coté, ce sont des récepteurs portables qui sont en vogue, plus accessibles. Et puis, il y a des mordus de 1'écoute qui désirent quelque chose de plus que le portable, sans se jeter a corps perdu dans 1'achat du récepteur bardé de boutons, dont le maniement semble trop compliqué. C'est a ces amateurs que le Century 21D s'adresse : pas trop volumineux, pas trop sophistiqué, de bonnes performances, le tout pour un bon rapport qualité/prix, et une condition supplémentaire : un prix accessible a toutes les bourses. Une passion ne doit pas nécessairement devenir ruineuse.

L'utilisation est simple : primo, choisir la bande a écouter, secondo, amener 1'affichage des MHz a la valeur voulue tertio, afficher la fréquence des  KHz, et, pour finir, agir sur le condensateur variable MHz-Tune pour obtenir le signal le plus fort reçu. Il ne reste plus qu'à sélectionner le mode de modulation, et, clarifier si besoin était, le clarifieur agissant sur 0,5 KHz, sur 1'affichage de la fréquence. C'est d'une simplicité telle que nous n'avons a aucun moment ressenti le besoin d'ouvrir le mode d'emploi. Un néophyte ne s'y perdrait même pas dans les boutons, comme c'est le cas des récepteurs de haut de gamme, que 1'on pourra bientôt confondre avec un accordéon, jungle de commandes a égarer 1'utilisateur. Le Century 21D est le bon récepteur a tout faire. Des usages spécifiques nécessitant des bandes passantes très étroites obtenues au moyen de coûteux filtres à quartz ne sauraient s'en accommoder, les options n'étant pas prévues. Il est bon mais il ne faut pas demander 1'impossible. C'est pourquoi il existe des postes hyper sophistiqués, outils spécifiques, ce qu'il n'a pas la prétention d'être.
 

Caractéristiques techniques :

Couverture : 0,5/30MHz sans trou
Modes : CW, AM, USB, LSB
Sensibilité : SSB/CW 0,3 microvolt 10 dB S+B/B - AM 1 microvolt à l0dB de S+B/B
Sélectivité : SSB/CW 4KHz a -6 dB, AM 8KHz a -6dB            
Sortie audio : 2W
sous 8 ohms sans distorsion
R
éjection image : supérieure a 50 dB
R
éjection IF : supérieure a 50 dB
Clarifier : ± 500 Hz
Antenne : 50 ohms
Format : 33,5 x 23 x 14,5 cm
Poids : 5 Kg
Sortie audio : jack 6,35 mm pour
casque.

(Bibliographie : Radio CB Magazine)


Plus d'infos à cette adresse :  http://www.dr-boesch.ch/radio/standard-c6500.htm


 

Découvrez le Forum 100% Radio dédié aux heureux possesseurs de matériels HAM International

Le Forum 100% HAMateur est ici



Avis, commentaires, suggestions : Cliquez ici

 



  Rate this Site @ The DXZone  

Electronica SSB 360

Amplificateurs à lampes CTE International

Sommerkamp TS-340 DX


Copyright Daviken 2003 - 2019